20/05/15 : Une délégation de New York, Seattle, Vancouver (http://www.passivehouseacademy.com) s'intéresse aux bâtiments passifs de Bruxelles www.rtbf.be et vient visiter notre école passive à MOLENBEEK à 11h30

12/05/15 : L'ARIB organise une conférence et une visite www.arib.be de notre école passive à MOLENBEEK

24/09/14 : www.architectura.be

02/06/14 : Le permis d'urbanisme pour le projet REINE: crèche et logements passifs à LAEKEN, est accordé.

11/02/14 : Le permis d'urbanisme pour le projet COGGE: école, salle de sports, bureaux, salle polyvalente passifs à LAEKEN, est accordé.

06/05/13 : Le permis d'urbanisme pour le projet de rehausse passive de l'école IMMI à ANDERLECHT, est accordé.

17/04/13 : Le permis d'urbanisme pour le projet d'une école fondamentale passive à FEXHE-LE-HAUT-CLOCHER a été accordé.

07-08/02/13 : La Communauté Française expose le projet d'une nouvelle école fondamentale à MOLENBEEK au salon des mandataires de Marche-en-Famenne.

01/2013 : Participation du bureau TRAIT Architects à la publication Infobois Bois - guide pour le bon usage

12/2012 : Publication de l'école passive IMMI Anderlecht dans Bruxelles Architectures, de 1950 à aujourd'hui aux éditions AAM

04/10/12 : Le permis d'urbanisme pour le projet de logements passifs et d'une école fondamentale à MOLENBEEK, rue de Bonne est accordé.

04/10/12 : Le permis d'urbanisme pour le projet de logements passifs et d'une école fondamentale à MOLENBEEK, rue de Bonne est accordé.

29/08/12 : Le permis d'urbanisme pour la crèche DUPLEX à Laeken est accordé.

04/07/12 : Le terrain de notre projet d'école et de logements passifs à MOLENBEEK est dans parckdesign 2012

22/06/12 : TRAIT architects est dans be.passive 11

19/04/12 : TRAIT architects remporte l'appel d'offre pour la transformation et extension de l'école COGGE, rue de l'Éclusier Cogge à Bruxelles.

19/04/12 : TRAIT architects remporte l'appel d'offre pour la construction d'une CRÈCHE pour 36 enfants et 4 logements passifs, avenue de la Reine à Bruxelles

19/04/12 : Pierre Somers est formateur pour La Maison Passive France

09/03/12 : Demande de permis d'urbanisme introduite pour le projet de logements passifs et d'une école fondamentale à MOLENBEEK, rue de Bonne.

24/02/12 : La demande de permis d'urbanisme du projet IAD à LOUVAIN-LA-NEUVE, a été octroyée.

14/02/12 : Présentation des projets "Bâtiments Exemplaires" lauréats, le 14 février à 11h30 au BOZAR

09/02/12 : TRAIT architects est agréé en tant qu'Auteur d'Étude de Faisabilité pour les bâtiments neufs de superficie utile de plus de 1000m2 en Wallonie.

08/12/11 : La rénovation de l'école IMMI à UCCLE, la rehausse de l'école SAINTE-URSULE à FOREST et la crèche DUPLEX à LAEKEN ont été retenus en tant que Bâtiment Exemplaire 2011 (BATEX IBGE 2O11).

28/11/11 : Demande de permis d'urbanisme introduite pour la crèche DUPLEX à Laeken

28/10/11 : Présentation du projet de l'école Saint-François d'Assise de Tubize, par Frank Norrenberg, à l'occasion du symposium ISOPROC

23/10/11 : Le collège Saint-François d'Assise à Tubize ouvre ses portes dans le cadre de la journée de l'Architecture ce dimanche 23 octobre à 14h et 16h. www.journeedelarchitecture.be/

10/10/11 : Demande de permis d'urbanisme introduite pour l'IAD à Louvain-la-Neuve

10/10/11 : Présentation de Pierre Somers pour la Communauté Française à Namur

8/10/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la construction d'une école primaire et maternelle et de logements, quai de Mariemont à MOLENBEEK

18/08/11 : Visite de l'école IMMI pour le cabinet de la Ministre Evelyne Huytebroeck et la presse

11/06/11 : Frank Norrenberg est certifié concepteur standard passif (CEPH) par le PHI

09/06/11 : Pierre Somers est élu administrateur du CERAA

15-17/05/11 : Pierre Somers participe au voyage d'étude à Hambourg, organisé à l'initiative de la Ministre Evelyne Huytebroeck

8/04/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la construction d'un 3ème étage sur l'école Pie X à Chatelineau

28/02/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la construction d'une crèche et d'une salle polyvalente à Laeken

14/02/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la reconstruction d'ateliers et de classes pour l'ITFC à Libramont

10/02/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la conception d'une crèche à Ghislenghien

Janvier 2011 : Le Collège du Biéreau est publié dans le trimestriel be.passive 06

Décembre 2010 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la rénovation et extension de l'institut du Sacré-Coeur à Beauraing

Décembre 2010 : Publication de 4 projets passifs ou basse-énergie de TRAIT Charmettes Biéreau EPM CEPES dans "Architecture tome 10: 10 édifices scolaires en Brabant Wallon" publié par la Province du Brabant Wallon

10/04/10 : Pierre Somers est certifié concepteur standard passif (CEPH) par le PHI

LA LIBRE

Une école "passive" pour enfants (très) actifs

Annick Hovine

Mis en ligne le 05/01/2010

Les maternelles du College du Biéreau étrennent les premieres classes "passives". Un projet qui mêle écologie et pédagogie.
"Envie de retourner a l'école"
Dehors, il gèle à pierre fendre. Le thermomètre flirte avec les 10 degrés sous zéro. Dedans, tout (ou presque) est prêt pour cette rentrée un peu particulière. Les 150 enfants des 7 classes maternelles du collège du Biéreau, à Louvain-la-Neuve, inauguraient lundi leurs nouveaux locaux dans un bâtiment qui, en Communauté française, peut s'enorgueillir d'être la premiere construction collective répondant au standard énergétique de la maison passive.

Dans la cour, les petits - et leurs parents - tapent des pieds pour se réchauffer, pas impressionnés du tout par la dame blonde - la ministre de l'Enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet (CDH) - qui tient les ciseaux pour couper le traditionnel ruban. Ils se précipitent gentiment pour découvrir les nouvelles classes de Madame Damienne, de Madame Daphnée ou de Monsieur Hughes.

"Oh !, mais il fait très bon dans cette école. C'est incroyable !" , s'exclame une institutrice. C'est vrai que, quasi sans chauffage, la température qui règne dans les locaux est tres agréable. "Vu les conditions climatiques extrêmes, on a un petit besoin de chauffage. On a donc mis en route la chaudiere au gaz, qui est de la dimension de celle d'un petit appartement" , indique Pierre Somers, architecte du projet Métis (pour Maîtrise énergétique et technologique d'une institution scolaire). L'école maternelle du Biéreau se développe pourtant sur trois niveaux et plus de 1 500 mètres carrés. Si cette petite chaudière venait à tomber en panne, on en ressentirait les effets une semaine plus tard, continue l'architecte. "L'inertie du bâtiment est tres forte grâce a une très forte isolation thermique. L'école est enveloppée d'une ossature en bois de 30 a 45 cm d'épaisseur dans laquelle on a insufflé un isolant écologique : des flocons de cellulose, composés de papier recyclé et traités contre les moisissures et les insectes. Cet isolant fonctionne comme un gros pull en laine, tres dense."

Dans le couloir, les photos et prénoms des enfants sont collés au-dessus de leurs crochets respectifs. Clément, Marion, Jérôme, Martin, Louise, Hannah et les autres y ont déja pendu cagoules et anoraks. Ça se bouscule un peu vu l'affluence - les parents, les enfants, les professeurs, la ministre, le bourgmestre, les membres du pouvoir organisateur, l'inspectrice, les journalistes - mais il fait pourtant étonnamment calme. Il n'y a pas ce brouhaha assourdissant qui règne généralement les jours de rentrée scolaire. Dans les classes, le revêtement de sol est en caoutchouc naturel de couleur orange et les plafonds sont constitués de panneaux acoustiques en fibres de bois agglomérés. "C'est très paisible et reposant . On se sent comme dans un cocon, se réjouit une enseignante. Ce qui nous épuise le plus, dans notre travail, c'est le bruit des enfants. Quel confort pour nous !" L'inspectrice, qui fait aussi la visite des lieux, en est persuadée : "Cet aspect contribuera a la non-violence entre les enfants."

C'est l'heure de la récré, mais la sonnerie n'est pas encore raccordée a l'horloge. "Avec le triple vitrage, je ne suis pas sur qu'on entendra celle de l'école primaire", indique le directeur, Stéphane Vreux.

Le projet "passif" du Collège du Biéreau croise des enjeux économiques, écologiques et pédagogiques. "Il est développé par une école ou se côtoient de nombreuses nationalités, expose Christian Legrain, président du pouvoir organisateur. Métis, c'est le nom de la déesse grecque de la raison, de la sagesse, de l'ingéniosité, de l'intelligence pratique."

Les 300 élèves du primaire, installés dans un bâtiment en face en cours de rénovation énergétique (via le programme Ureba de la Région wallonne), profiteront de la nouvelle infrastructure qui abrite leur nouvelle salle de gym (la toute premiere passive !), tout comme la salle des profs, le secrétariat et la direction du Collège.

Le bâtiment passif servira aussi de pivot pour un nouveau projet pédagogique. "Nous allons vivre dans un environnement qui va nous "montrer" que ce qui nous entoure est conçu dans un objectif de développement durable, d'économie d'énergie, de réalisations technologiques de pointe , détaille le directeur de l'école. Les enfants, mais aussi leurs parents, verront les sas d'entrée, les panneaux solaires et photovoltaiques, les murs épais, les "chaussettes" entourant les conduites de ventilation. Ils remarqueront qu'il n'y a pas de radiateurs. Ils sentiront que la chaleur, par les ventilations ou le soleil, sera différente de ce qu'ils ont l'habitude de connaître." Bref : cet environnement devrait éveiller tous les sens des enfants et leur permettre de "sentir" le côté passif des nouveaux locaux.

Les adultes - enseignants, parents - dans leur fonction d'éducateurs devront aussi etre des acteurs environnementaux : récupération des déchets, fermeture des portes, passage correct par les sas, matériaux sélectionnés pour les activités "Il y a une volonté d'"exposition" du bâtiment, comme exemple a suivre pour des acteurs extérieurs a l'école , ajoute Stéphane Devreux. On va essayer de former des petits éleves journalistes qui pourront expliquer a des visiteurs extérieurs comment fonctionne cette école passive."

Des projets scolaires "a vivre" sont déja en chantier. Comment remplir et gérer la petite mare écologique de la cour ? Comment calculer les couts de consommation ? Comment construire un puits canadien ? Tous les domaines traités dans les socles de compétences peuvent ainsi etre traités et abordés.

Conférence de presse, 31 mars 2009

LA LIBRE

L'école du Biéreau entierement passive
BELGA le 31/03/2009

C'est en effet la premiere construction collective, indépendante et répondant aux standards énergétiques de la maison passive.
Le college du Biéreau, a Louvain-la-Neuve, construit actuellement un nouveau bâtiment entierement passif. Ce projet baptisé « Métis » sera achevé en octobre 2009 et coutera un peu plus de 3 millions d'euros. Il abrite a la fois des classes, des locaux administratifs et une salle de sport. Il s'agit d'une premiere en Communauté française.

C'est en effet la premiere construction collective, indépendante et répondant aux standards énergétiques de la maison passive. Il ne s'agit pas d'une simple extension mais bien d'un ensemble complet et cohérent, composé de trois étages avec sept classes de maternelle, une salle des professeurs, des bureaux et locaux administratifs, une conciergerie, et une salle de sports de 339 metres carrés.

Il est prévu de recourir a 30 tonnes de matériaux isolants écologiques (des flocons de cellulose insufflés dans des murs en ossature de bois de 30 a 50 cm d'épaisseur) pour arriver a un standard passif de 15Kwh par metre carré et par an, soit une consommation d'énergie dix fois inférieure a celle d'un bâtiment classique. Les concepteurs ont calculé qu'une fois en fonction, le bâtiment économisera 60 tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent de ce que peut absorber une foret d'une superficie de 16 hectares.

Le budget global défini pour la construction de cette nouvelle école maternelle située dans le quartier du Biéreau a Louvain-la-Neuve est de 3,025 millions d'euros. L'intervention de la Communauté française dans le financement consiste en un subside sur les intérets de l'emprunt hypothécaire contracté sur 30 ans par le pouvoir organisateur. Cette expérience pilote est également suivie par la Région wallonne, qui a apporté 30.000 euros de subsides afin d'assurer un suivi scientifique et technique du projet, en vue d'en tirer des enseignements pour d'autres constructions semblables.

Apres un apport initial en fonds propres de 400.000 euros, il manque cependant un montant de 300.000 euros a l'établissement pour boucler son budget. Pour trouver cette somme, le pouvoir organisateur a décidé de faire un appel au sponsoring. D'apres les prévisions, l'économie en frais de chauffage avoisinera les 15.000 euros par an, pour un surcout initial de 15%.

Pour les responsables du projet Métis, la construction passive est un choix rationnel et économique, mais aussi un engagement citoyen qui permettra aux enfants de vivre dans un milieu porteur de solutions pour les défis économiques et écologiques du futur. Un des objectifs est aussi de donner des idées a d'autres établissements, en espérant un effet « boule de neige » pour les bâtiments passifs en Communauté française.

RTL INFO

Une école maternelle entierement passive
construite a Louvain-la-Neuve

Le college du Biéreau, a Louvain-la-Neuve, construit actuellement un nouveau bâtiment entierement passif. Ce projet baptisé « Métis » sera achevé en octobre 2009 et coutera un peu plus de 3 millions d'euros. Il abrite a la fois des classes, des locaux administratifs et une salle de sport. Il s'agit d'une premiere en Communauté française.

C'est en effet la premiere construction collective, indépendante et répondant aux standards énergétiques de la maison passive. Il ne s'agit pas d'une simple extension mais bien d'un ensemble complet et cohérent, composé de trois étages avec sept classes de maternelle, une salle des professeurs, des bureaux et locaux administratifs, une conciergerie, et une salle de sports de 339 metres carrés.

Il est prévu de recourir a 30 tonnes de matériaux isolants écologiques (des flocons de cellulose insufflés dans des murs en ossature de bois de 30 a 50 cm d'épaisseur) pour arriver a un standard passif de 15Kwh par metre carré et par an, soit une consommation d'énergie dix fois inférieure a celle d'un bâtiment classique. Les concepteurs ont calculé qu'une fois en fonction, le bâtiment économisera 60 tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent de ce que peut absorber une foret d'une superficie de 16 hectares.

Le budget global défini pour la construction de cette nouvelle école maternelle située dans le quartier du Biéreau a Louvain-la-Neuve est de 3,025 millions d'euros. L'intervention de la Communauté française dans le financement consiste en un subside sur les intérets de l'emprunt hypothécaire contracté sur 30 ans par le pouvoir organisateur. Cette expérience pilote est également suivie par la Région wallonne, qui a apporté 30.000 euros de subsides afin d'assurer un suivi scientifique et technique du projet, en vue d'en tirer des enseignements pour d'autres constructions semblables.

Apres un apport initial en fonds propres de 400.000 euros, il manque cependant un montant de 300.000 euros a l'établissement pour boucler son budget. Pour trouver cette somme, le pouvoir organisateur a décidé de faire un appel au sponsoring. D'apres les prévisions, l'économie en frais de chauffage avoisinera les 15.000 euros par an, pour un surcout initial de 15%.

Pour les responsables du projet Métis, la construction passive est un choix rationnel et économique, mais aussi un engagement citoyen qui permettra aux enfants de vivre dans un milieu porteur de solutions pour les défis économiques et écologiques du futur. Un des objectifs est aussi de donner des idées a d'autres établissements, en espérant un effet « boule de neige » pour les bâtiments passifs en Communauté française.

ACTU 24

L'école passive : 90 % d'économies

Le college du Biéreau, a Louvain-la-Neuve, construit actuellement un nouveau bâtiment entierement passif. Ce projet baptisé « Métis » sera achevé en octobre 2009 et coutera un peu plus de 3 millions d'euros.
C'est la premiere construction collective, indépendante et répondant aux standards énergétiques de la maison passive en Communauté française. Il ne s'agit pas d'une simple extension, mais bien d'un ensemble complet et cohérent, composé de trois étages avec sept classes de maternelle, une salle des professeurs, des bureaux et locaux administratifs, une conciergerie, et une salle de sports de 339 metres carrés.

Il est prévu de recourir a 30 tonnes de matériaux isolants écologiques (des flocons de cellulose insufflés dans des murs en ossature de bois de 30 a 50 cm d'épaisseur) pour arriver a un standard passif de 15Kwh par metre carré et par an, soit une consommation d'énergie dix fois inférieure a celle d'un bâtiment classique. Les concepteurs ont calculé qu'une fois en fonction, le bâtiment économisera 60 tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent de ce que peut absorber une foret d'une superficie de 16 hectares.

Selon les prévisions, l'économie en frais de chauffage avoisinera les 15 000 € par an, pour un surcout initial de 15 %. Un des objectifs est aussi de donner des idées a d'autres établissements, en espérant un effet « boule de neige » pour les bâtiments passifs en Communauté française.

LE SOIR

Le Biéreau se couvre « d’un gros pull »

JEAN-PHILIPPE DE VOGELAERE

mercredi 01 avril 2009, 08:24

LES MATERNELLES auront pour la Toussaint un bâtiment unique en Communauté française.

Un bâtiment passif, c’est comme si on mettait un gros pull tout autour en injectant trente tonnes de flocons de cellulose. De quoi remplir toute la salle de gymnastique sur trois metres de haut. Et l’on va chauffer l’air qui entre avec l’air qui en sort. Et du solaire pour l’eau. Cela va permettre de réaliser une économie d’énergie et un moindre rejet de CO2 dans l’atmosphere équivalant a l’action d’une foret de 20.000 arbres. »

Pierre Somers, l’architecte qui a conçu le nouveau bâtiment qui, des la Toussaint, va abriter les quelque 160 enfants de maternelles du college du Biéreau, a Louvain-la-Neuve, ne s’adressait pas seulement a des enfants ce mardi matin, mais ses images auront frappé plus d’un adulte présent a la cérémonie de lancement officiel du projet « Métis », tiré du nom de la premiere femme de Zeus, connue comme étant la déesse de l’ingéniosité.

« C’est un projet microscopique a l’échelle de la planete, mais immense pour nous, a souri Christian Legrain, le président du pouvoir organisateur du college. Je voudrais que chacun comprenne que les humains auront brulé en 150 ans ce que la nature aura mis 500 millions d’années a fabriquer. Avec Alain Hubert et Frank De Winne pour parrains, nous voulons montrer l’exemple avec ce bâtiment passif, une premiere en Communauté française dans le sens ou c’est le premier bâtiment nouveau construit de cette maniere. Il y a d’autres écoles ou l’on a choisi ce principe pour des rénovations. »

Appel aux sponsors

Voila qui change pour une école qui, depuis sa construction en 1976, a vite compris que ses bâtiments étaient inadaptés aux économies d’énergie et souffraient de problemes structurels au point qu’en 2000, on a meme imaginé fermer l’établissement pour des problemes de salubrité. Un marathon s’en est suivi pour obtenir en juin 2008 un accord de la Communauté française pour une garantie et des subsides sur les intérets sur un budget de 3 millions d’euros. De quoi construire sept classes, un réfectoire, une salle de psychomotricité, une salle de sport pour les primaires, des locaux administratifs, une salle des profs et une conciergerie pour éviter les dégradations.

« C’est une école trop chere pour nos moyens financiers, reconnait Pierre Guisset, le responsable du projet pour le college, ou les parents qui désirent y inscrire leur enfant doivent payer une cotisation dite « volontaire » pour permettre a l’école de rembourser ses emprunts. Meme si le retour en économie sera important, le cout d’un bâtiment passif est de 15 % supérieur a un bâtiment classique. Il nous manque ainsi 300.000 euros pour boucler le budget. Nous faisons donc appel aux sponsors en vendant un litre d’isolant au prix d’un euro. De quoi soutenir (www.biereau.be) notre projet de société. »

20/05/15 : Une délégation de New York, Seattle, Vancouver (http://www.passivehouseacademy.com) s'intéresse aux bâtiments passifs de Bruxelles www.rtbf.be et vient visiter notre école passive à MOLENBEEK à 11h30

12/05/15 : L'ARIB organise une conférence et une visite www.arib.be de notre école passive à MOLENBEEK

24/09/14 : www.architectura.be

02/06/14 : Le permis d'urbanisme pour le projet REINE: crèche et logements passifs à LAEKEN, est accordé.

11/02/14 : Le permis d'urbanisme pour le projet COGGE: école, salle de sports, bureaux, salle polyvalente passifs à LAEKEN, est accordé.

06/05/13 : Le permis d'urbanisme pour le projet de rehausse passive de l'école IMMI à ANDERLECHT, est accordé.

17/04/13 : Le permis d'urbanisme pour le projet d'une école fondamentale passive à FEXHE-LE-HAUT-CLOCHER a été accordé.

07-08/02/13 : La Communauté Française expose le projet d'une nouvelle école fondamentale à MOLENBEEK au salon des mandataires de Marche-en-Famenne.

01/2013 : Participation du bureau TRAIT Architects à la publication Infobois Bois - guide pour le bon usage

12/2012 : Publication de l'école passive IMMI Anderlecht dans Bruxelles Architectures, de 1950 à aujourd'hui aux éditions AAM

04/10/12 : Le permis d'urbanisme pour le projet de logements passifs et d'une école fondamentale à MOLENBEEK, rue de Bonne est accordé.

04/10/12 : Le permis d'urbanisme pour le projet de logements passifs et d'une école fondamentale à MOLENBEEK, rue de Bonne est accordé.

29/08/12 : Le permis d'urbanisme pour la crèche DUPLEX à Laeken est accordé.

04/07/12 : Le terrain de notre projet d'école et de logements passifs à MOLENBEEK est dans parckdesign 2012

22/06/12 : TRAIT architects est dans be.passive 11

19/04/12 : TRAIT architects remporte l'appel d'offre pour la transformation et extension de l'école COGGE, rue de l'Éclusier Cogge à Bruxelles.

19/04/12 : TRAIT architects remporte l'appel d'offre pour la construction d'une CRÈCHE pour 36 enfants et 4 logements passifs, avenue de la Reine à Bruxelles

19/04/12 : Pierre Somers est formateur pour La Maison Passive France

09/03/12 : Demande de permis d'urbanisme introduite pour le projet de logements passifs et d'une école fondamentale à MOLENBEEK, rue de Bonne.

24/02/12 : La demande de permis d'urbanisme du projet IAD à LOUVAIN-LA-NEUVE, a été octroyée.

14/02/12 : Présentation des projets "Bâtiments Exemplaires" lauréats, le 14 février à 11h30 au BOZAR

09/02/12 : TRAIT architects est agréé en tant qu'Auteur d'Étude de Faisabilité pour les bâtiments neufs de superficie utile de plus de 1000m2 en Wallonie.

08/12/11 : La rénovation de l'école IMMI à UCCLE, la rehausse de l'école SAINTE-URSULE à FOREST et la crèche DUPLEX à LAEKEN ont été retenus en tant que Bâtiment Exemplaire 2011 (BATEX IBGE 2O11).

28/11/11 : Demande de permis d'urbanisme introduite pour la crèche DUPLEX à Laeken

28/10/11 : Présentation du projet de l'école Saint-François d'Assise de Tubize, par Frank Norrenberg, à l'occasion du symposium ISOPROC

23/10/11 : Le collège Saint-François d'Assise à Tubize ouvre ses portes dans le cadre de la journée de l'Architecture ce dimanche 23 octobre à 14h et 16h. www.journeedelarchitecture.be/

10/10/11 : Demande de permis d'urbanisme introduite pour l'IAD à Louvain-la-Neuve

10/10/11 : Présentation de Pierre Somers pour la Communauté Française à Namur

8/10/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la construction d'une école primaire et maternelle et de logements, quai de Mariemont à MOLENBEEK

18/08/11 : Visite de l'école IMMI pour le cabinet de la Ministre Evelyne Huytebroeck et la presse

11/06/11 : Frank Norrenberg est certifié concepteur standard passif (CEPH) par le PHI

09/06/11 : Pierre Somers est élu administrateur du CERAA

15-17/05/11 : Pierre Somers participe au voyage d'étude à Hambourg, organisé à l'initiative de la Ministre Evelyne Huytebroeck

8/04/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la construction d'un 3ème étage sur l'école Pie X à Chatelineau

28/02/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la construction d'une crèche et d'une salle polyvalente à Laeken

14/02/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la reconstruction d'ateliers et de classes pour l'ITFC à Libramont

10/02/11 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la conception d'une crèche à Ghislenghien

Janvier 2011 : Le Collège du Biéreau est publié dans le trimestriel be.passive 06

Décembre 2010 : TRAIT remporte l'appel d'offre pour la rénovation et extension de l'institut du Sacré-Coeur à Beauraing

Décembre 2010 : Publication de 4 projets passifs ou basse-énergie de TRAIT Charmettes Biéreau EPM CEPES dans "Architecture tome 10: 10 édifices scolaires en Brabant Wallon" publié par la Province du Brabant Wallon

10/04/10 : Pierre Somers est certifié concepteur standard passif (CEPH) par le PHI

LA LIBRE

Une école "passive" pour enfants (très) actifs

Annick Hovine

Mis en ligne le 05/01/2010

Les maternelles du College du Biéreau étrennent les premieres classes "passives". Un projet qui mêle écologie et pédagogie.
"Envie de retourner a l'école"
Dehors, il gèle à pierre fendre. Le thermomètre flirte avec les 10 degrés sous zéro. Dedans, tout (ou presque) est prêt pour cette rentrée un peu particulière. Les 150 enfants des 7 classes maternelles du collège du Biéreau, à Louvain-la-Neuve, inauguraient lundi leurs nouveaux locaux dans un bâtiment qui, en Communauté française, peut s'enorgueillir d'être la premiere construction collective répondant au standard énergétique de la maison passive.

Dans la cour, les petits - et leurs parents - tapent des pieds pour se réchauffer, pas impressionnés du tout par la dame blonde - la ministre de l'Enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet (CDH) - qui tient les ciseaux pour couper le traditionnel ruban. Ils se précipitent gentiment pour découvrir les nouvelles classes de Madame Damienne, de Madame Daphnée ou de Monsieur Hughes.

"Oh !, mais il fait très bon dans cette école. C'est incroyable !" , s'exclame une institutrice. C'est vrai que, quasi sans chauffage, la température qui règne dans les locaux est tres agréable. "Vu les conditions climatiques extrêmes, on a un petit besoin de chauffage. On a donc mis en route la chaudiere au gaz, qui est de la dimension de celle d'un petit appartement" , indique Pierre Somers, architecte du projet Métis (pour Maîtrise énergétique et technologique d'une institution scolaire). L'école maternelle du Biéreau se développe pourtant sur trois niveaux et plus de 1 500 mètres carrés. Si cette petite chaudière venait à tomber en panne, on en ressentirait les effets une semaine plus tard, continue l'architecte. "L'inertie du bâtiment est tres forte grâce a une très forte isolation thermique. L'école est enveloppée d'une ossature en bois de 30 a 45 cm d'épaisseur dans laquelle on a insufflé un isolant écologique : des flocons de cellulose, composés de papier recyclé et traités contre les moisissures et les insectes. Cet isolant fonctionne comme un gros pull en laine, tres dense."

Dans le couloir, les photos et prénoms des enfants sont collés au-dessus de leurs crochets respectifs. Clément, Marion, Jérôme, Martin, Louise, Hannah et les autres y ont déja pendu cagoules et anoraks. Ça se bouscule un peu vu l'affluence - les parents, les enfants, les professeurs, la ministre, le bourgmestre, les membres du pouvoir organisateur, l'inspectrice, les journalistes - mais il fait pourtant étonnamment calme. Il n'y a pas ce brouhaha assourdissant qui règne généralement les jours de rentrée scolaire. Dans les classes, le revêtement de sol est en caoutchouc naturel de couleur orange et les plafonds sont constitués de panneaux acoustiques en fibres de bois agglomérés. "C'est très paisible et reposant . On se sent comme dans un cocon, se réjouit une enseignante. Ce qui nous épuise le plus, dans notre travail, c'est le bruit des enfants. Quel confort pour nous !" L'inspectrice, qui fait aussi la visite des lieux, en est persuadée : "Cet aspect contribuera a la non-violence entre les enfants."

C'est l'heure de la récré, mais la sonnerie n'est pas encore raccordée a l'horloge. "Avec le triple vitrage, je ne suis pas sur qu'on entendra celle de l'école primaire", indique le directeur, Stéphane Vreux.

Le projet "passif" du Collège du Biéreau croise des enjeux économiques, écologiques et pédagogiques. "Il est développé par une école ou se côtoient de nombreuses nationalités, expose Christian Legrain, président du pouvoir organisateur. Métis, c'est le nom de la déesse grecque de la raison, de la sagesse, de l'ingéniosité, de l'intelligence pratique."

Les 300 élèves du primaire, installés dans un bâtiment en face en cours de rénovation énergétique (via le programme Ureba de la Région wallonne), profiteront de la nouvelle infrastructure qui abrite leur nouvelle salle de gym (la toute premiere passive !), tout comme la salle des profs, le secrétariat et la direction du Collège.

Le bâtiment passif servira aussi de pivot pour un nouveau projet pédagogique. "Nous allons vivre dans un environnement qui va nous "montrer" que ce qui nous entoure est conçu dans un objectif de développement durable, d'économie d'énergie, de réalisations technologiques de pointe , détaille le directeur de l'école. Les enfants, mais aussi leurs parents, verront les sas d'entrée, les panneaux solaires et photovoltaiques, les murs épais, les "chaussettes" entourant les conduites de ventilation. Ils remarqueront qu'il n'y a pas de radiateurs. Ils sentiront que la chaleur, par les ventilations ou le soleil, sera différente de ce qu'ils ont l'habitude de connaître." Bref : cet environnement devrait éveiller tous les sens des enfants et leur permettre de "sentir" le côté passif des nouveaux locaux.

Les adultes - enseignants, parents - dans leur fonction d'éducateurs devront aussi etre des acteurs environnementaux : récupération des déchets, fermeture des portes, passage correct par les sas, matériaux sélectionnés pour les activités "Il y a une volonté d'"exposition" du bâtiment, comme exemple a suivre pour des acteurs extérieurs a l'école , ajoute Stéphane Devreux. On va essayer de former des petits éleves journalistes qui pourront expliquer a des visiteurs extérieurs comment fonctionne cette école passive."

Des projets scolaires "a vivre" sont déja en chantier. Comment remplir et gérer la petite mare écologique de la cour ? Comment calculer les couts de consommation ? Comment construire un puits canadien ? Tous les domaines traités dans les socles de compétences peuvent ainsi etre traités et abordés.

Conférence de presse, 31 mars 2009

LA LIBRE

L'école du Biéreau entierement passive
BELGA le 31/03/2009

C'est en effet la premiere construction collective, indépendante et répondant aux standards énergétiques de la maison passive.
Le college du Biéreau, a Louvain-la-Neuve, construit actuellement un nouveau bâtiment entierement passif. Ce projet baptisé « Métis » sera achevé en octobre 2009 et coutera un peu plus de 3 millions d'euros. Il abrite a la fois des classes, des locaux administratifs et une salle de sport. Il s'agit d'une premiere en Communauté française.

C'est en effet la premiere construction collective, indépendante et répondant aux standards énergétiques de la maison passive. Il ne s'agit pas d'une simple extension mais bien d'un ensemble complet et cohérent, composé de trois étages avec sept classes de maternelle, une salle des professeurs, des bureaux et locaux administratifs, une conciergerie, et une salle de sports de 339 metres carrés.

Il est prévu de recourir a 30 tonnes de matériaux isolants écologiques (des flocons de cellulose insufflés dans des murs en ossature de bois de 30 a 50 cm d'épaisseur) pour arriver a un standard passif de 15Kwh par metre carré et par an, soit une consommation d'énergie dix fois inférieure a celle d'un bâtiment classique. Les concepteurs ont calculé qu'une fois en fonction, le bâtiment économisera 60 tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent de ce que peut absorber une foret d'une superficie de 16 hectares.

Le budget global défini pour la construction de cette nouvelle école maternelle située dans le quartier du Biéreau a Louvain-la-Neuve est de 3,025 millions d'euros. L'intervention de la Communauté française dans le financement consiste en un subside sur les intérets de l'emprunt hypothécaire contracté sur 30 ans par le pouvoir organisateur. Cette expérience pilote est également suivie par la Région wallonne, qui a apporté 30.000 euros de subsides afin d'assurer un suivi scientifique et technique du projet, en vue d'en tirer des enseignements pour d'autres constructions semblables.

Apres un apport initial en fonds propres de 400.000 euros, il manque cependant un montant de 300.000 euros a l'établissement pour boucler son budget. Pour trouver cette somme, le pouvoir organisateur a décidé de faire un appel au sponsoring. D'apres les prévisions, l'économie en frais de chauffage avoisinera les 15.000 euros par an, pour un surcout initial de 15%.

Pour les responsables du projet Métis, la construction passive est un choix rationnel et économique, mais aussi un engagement citoyen qui permettra aux enfants de vivre dans un milieu porteur de solutions pour les défis économiques et écologiques du futur. Un des objectifs est aussi de donner des idées a d'autres établissements, en espérant un effet « boule de neige » pour les bâtiments passifs en Communauté française.

RTL INFO

Une école maternelle entierement passive
construite a Louvain-la-Neuve

Le college du Biéreau, a Louvain-la-Neuve, construit actuellement un nouveau bâtiment entierement passif. Ce projet baptisé « Métis » sera achevé en octobre 2009 et coutera un peu plus de 3 millions d'euros. Il abrite a la fois des classes, des locaux administratifs et une salle de sport. Il s'agit d'une premiere en Communauté française.

C'est en effet la premiere construction collective, indépendante et répondant aux standards énergétiques de la maison passive. Il ne s'agit pas d'une simple extension mais bien d'un ensemble complet et cohérent, composé de trois étages avec sept classes de maternelle, une salle des professeurs, des bureaux et locaux administratifs, une conciergerie, et une salle de sports de 339 metres carrés.

Il est prévu de recourir a 30 tonnes de matériaux isolants écologiques (des flocons de cellulose insufflés dans des murs en ossature de bois de 30 a 50 cm d'épaisseur) pour arriver a un standard passif de 15Kwh par metre carré et par an, soit une consommation d'énergie dix fois inférieure a celle d'un bâtiment classique. Les concepteurs ont calculé qu'une fois en fonction, le bâtiment économisera 60 tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent de ce que peut absorber une foret d'une superficie de 16 hectares.

Le budget global défini pour la construction de cette nouvelle école maternelle située dans le quartier du Biéreau a Louvain-la-Neuve est de 3,025 millions d'euros. L'intervention de la Communauté française dans le financement consiste en un subside sur les intérets de l'emprunt hypothécaire contracté sur 30 ans par le pouvoir organisateur. Cette expérience pilote est également suivie par la Région wallonne, qui a apporté 30.000 euros de subsides afin d'assurer un suivi scientifique et technique du projet, en vue d'en tirer des enseignements pour d'autres constructions semblables.

Apres un apport initial en fonds propres de 400.000 euros, il manque cependant un montant de 300.000 euros a l'établissement pour boucler son budget. Pour trouver cette somme, le pouvoir organisateur a décidé de faire un appel au sponsoring. D'apres les prévisions, l'économie en frais de chauffage avoisinera les 15.000 euros par an, pour un surcout initial de 15%.

Pour les responsables du projet Métis, la construction passive est un choix rationnel et économique, mais aussi un engagement citoyen qui permettra aux enfants de vivre dans un milieu porteur de solutions pour les défis économiques et écologiques du futur. Un des objectifs est aussi de donner des idées a d'autres établissements, en espérant un effet « boule de neige » pour les bâtiments passifs en Communauté française.

ACTU 24

L'école passive : 90 % d'économies

Le college du Biéreau, a Louvain-la-Neuve, construit actuellement un nouveau bâtiment entierement passif. Ce projet baptisé « Métis » sera achevé en octobre 2009 et coutera un peu plus de 3 millions d'euros.
C'est la premiere construction collective, indépendante et répondant aux standards énergétiques de la maison passive en Communauté française. Il ne s'agit pas d'une simple extension, mais bien d'un ensemble complet et cohérent, composé de trois étages avec sept classes de maternelle, une salle des professeurs, des bureaux et locaux administratifs, une conciergerie, et une salle de sports de 339 metres carrés.

Il est prévu de recourir a 30 tonnes de matériaux isolants écologiques (des flocons de cellulose insufflés dans des murs en ossature de bois de 30 a 50 cm d'épaisseur) pour arriver a un standard passif de 15Kwh par metre carré et par an, soit une consommation d'énergie dix fois inférieure a celle d'un bâtiment classique. Les concepteurs ont calculé qu'une fois en fonction, le bâtiment économisera 60 tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent de ce que peut absorber une foret d'une superficie de 16 hectares.

Selon les prévisions, l'économie en frais de chauffage avoisinera les 15 000 € par an, pour un surcout initial de 15 %. Un des objectifs est aussi de donner des idées a d'autres établissements, en espérant un effet « boule de neige » pour les bâtiments passifs en Communauté française.

LE SOIR

Le Biéreau se couvre « d’un gros pull »

JEAN-PHILIPPE DE VOGELAERE

mercredi 01 avril 2009, 08:24

LES MATERNELLES auront pour la Toussaint un bâtiment unique en Communauté française.

Un bâtiment passif, c’est comme si on mettait un gros pull tout autour en injectant trente tonnes de flocons de cellulose. De quoi remplir toute la salle de gymnastique sur trois metres de haut. Et l’on va chauffer l’air qui entre avec l’air qui en sort. Et du solaire pour l’eau. Cela va permettre de réaliser une économie d’énergie et un moindre rejet de CO2 dans l’atmosphere équivalant a l’action d’une foret de 20.000 arbres. »

Pierre Somers, l’architecte qui a conçu le nouveau bâtiment qui, des la Toussaint, va abriter les quelque 160 enfants de maternelles du college du Biéreau, a Louvain-la-Neuve, ne s’adressait pas seulement a des enfants ce mardi matin, mais ses images auront frappé plus d’un adulte présent a la cérémonie de lancement officiel du projet « Métis », tiré du nom de la premiere femme de Zeus, connue comme étant la déesse de l’ingéniosité.

« C’est un projet microscopique a l’échelle de la planete, mais immense pour nous, a souri Christian Legrain, le président du pouvoir organisateur du college. Je voudrais que chacun comprenne que les humains auront brulé en 150 ans ce que la nature aura mis 500 millions d’années a fabriquer. Avec Alain Hubert et Frank De Winne pour parrains, nous voulons montrer l’exemple avec ce bâtiment passif, une premiere en Communauté française dans le sens ou c’est le premier bâtiment nouveau construit de cette maniere. Il y a d’autres écoles ou l’on a choisi ce principe pour des rénovations. »

Appel aux sponsors

Voila qui change pour une école qui, depuis sa construction en 1976, a vite compris que ses bâtiments étaient inadaptés aux économies d’énergie et souffraient de problemes structurels au point qu’en 2000, on a meme imaginé fermer l’établissement pour des problemes de salubrité. Un marathon s’en est suivi pour obtenir en juin 2008 un accord de la Communauté française pour une garantie et des subsides sur les intérets sur un budget de 3 millions d’euros. De quoi construire sept classes, un réfectoire, une salle de psychomotricité, une salle de sport pour les primaires, des locaux administratifs, une salle des profs et une conciergerie pour éviter les dégradations.

« C’est une école trop chere pour nos moyens financiers, reconnait Pierre Guisset, le responsable du projet pour le college, ou les parents qui désirent y inscrire leur enfant doivent payer une cotisation dite « volontaire » pour permettre a l’école de rembourser ses emprunts. Meme si le retour en économie sera important, le cout d’un bâtiment passif est de 15 % supérieur a un bâtiment classique. Il nous manque ainsi 300.000 euros pour boucler le budget. Nous faisons donc appel aux sponsors en vendant un litre d’isolant au prix d’un euro. De quoi soutenir (www.biereau.be) notre projet de société. »